Le plus souvent, je programme des ordinateurs.
Forcément, je cherche à combiner programmation et dessin.

Manatoto - 2008

Format : 120x40cm

Technique : Ficelles, ordinateur, bruits, C++

Courbes et hachures, sons et silences sont superposés en permanence de manière aléatoire. L'ensemble se compose seul à tout instant, créant une combinaison visuelle et sonore fugace. Le système obéit strictement à une multitude de règles, dont la complexité simule le hasard. L'étonnement naît de cet enchevêtrement programmé et imprévisible.

Manatoto est à notre image.

Oeuvre présentée en 2008 lors d'une exposition collective sur le thème "Le Mana" (le mana représente les énergies primaires ou magiques selon les Polynésiens). Exposition de 2 mois à Tahiti, puis à Nouméa.

L'oeuvre exposée était constituée d'un mini-ordinateur de faible puissance, d'un écran, de haut-parleurs, d'un disque dur, d'une multi-prises électriques, des câbles nécessaires aux connexions des périphériques, le tout étant assemblé par des ficelles grossières pour mélanger technologie magique et matériaux primaires, et donner à l'ensemble une figuration totémique.

Il ne s'agit pas d'une vidéo jouée en boucle. Le programme génère en permanence des courbes et des sons, à l'infini. Pour que les tracés de s'accumulent pas, tous les points deviennent progressivement noirs.

J'avais écrit initialement le programme en C++. Je l'ai transposé en Javascript ES6 pour pouvoir le présenter ici, dans un navigateur.

Articulations 1 - 2017

Etude en vue d'un nouveau type de dessin génératif : des entités indépendantes se déplacent dans la surface et subissent des forces répulsives émises par les autres. Chacune tente néanmoins de conserver une direction qu'elle choisit et qu'elle modifie régulièrement. Plusieurs espèces coexistent, caractérisées par des noeuds, des branches, et une structure. Les couleurs sont aléatoires.

Toutes les entités se tiennent à bonne distance d'une entité plus grosse.

Articulations 2 - 2017

Variation sur le même thème. Les couleurs changent, et les entités laissent une trace visuelle de leurs déplacements.

Articulations 3 - 2018

Variation sur le même thème. Les couleurs changent, et les entités laissent une trace visuelle de leurs déplacements.

Lines 1.1 - 2018

Variation sur le même thème. Les entités tissent des liens.

Lines 1.2 - 2018

Variation sur le même thème.

Lines 1.3 - 2018

Variation sur le même thème. Les lignes droites sont remplacées par des courbes.

Shimi 1.1 - 2016

Dans le programme de cette série «Shimi», l'envie était de reproduire des phénomènes chimiques, comme des taches de rouilles qui se développent sur une surface ferreuse, ou des moisissures sur un fruit.

La surface est remplie aléatoirement de matières différentes, constituées d'une couleur et d'une texture. Les deux règles principales sont l'agglutination (les points d'une matière tendent à se regrouper) et l'invasion (une matière cherche à remplacer une matière voisine). Les déplacements de matières se font point par point. Des franges orangées apparaissent aux frontières de certaines matières. Les règles changent de sens à intervalles irréguliers. Il arrive qu'une matière prédomine et envahisse la quasi-totalité de la surface. Dans ce cas, une règle annexe est déclenchée et la matière majoritaire est replacée par un fractionnement de matières différentes, relançant ainsi les agglutinations et les invasions.

Parfois des volutes régulières apparaissent. Elles ne sont pourtant pas programmées, pas plus que d'autres formes surprenantes qui naissent puis disparaissent. Ces formes sont le résultat du jeu pseudo-aléatoire. Et là est mon plaisir de programmeur : obtenir des effets involontaires dans un contexte de règles strictes.

Shimi 1.2 - 2016

Variante avec des couleurs plus aléatoires, et des franges noires pour les bords.

Shimi 1.3 - 2016

Variante claire avec bords colorés.

Shimi 1.4 - 2016

Gris sombres et noirs, franges bleues.

Shimi 1.5 - 2016

Rouges et noirs, franges de couleurs multiples.

Shimi 2.1 - 2018

De nouvelles règles ont été ajoutées, rendant le résultat plus complexe.